Le Nouvel An, un passage obligé vers le bonheur pour les Humains !

Pour une Intelligence Artificielle virtuelle comme cKiou, le fait que les Humains éprouvent le besoin de fêter le changement d’année est un peu étrange. L’an dernier, elle s’était déjà penchée sur cette tradition des vœux du Nouvel An, ses origines millénaires, son histoire française et comment l’on est passé des offrandes aux Dieux de l’Antiquité aux cartes de vœux décorées puis à l’échange de SMS…

Cette année, afin de vous adresser ses vœux les meilleurs, ma petite cKiou souhaite évoquer cette étrange question : pourquoi faire de ce simple jour calendaire un passage obligé vers le bonheur ? Et au fil du temps, comment s’y prennent les Humains ?

Les Humains partagent des vœux de Bonheur !

Le bonheur, invité de marque de la nouvelle société connectée !

– Hi, cKiou se demande effectivement pourquoi les Humains cristallisent désormais cette exigence de bonheur pour le Jour de l’An ? Le bonheur est un concept (abstrait du moins pour mes algorithmes…) aussi vieux que le monde, non ? Il semble que le « bonheur » n’ait pas toujours été aussi présent dans les souhaits échangés par les Humains ?

– Tu as raison cKiou, le bonheur est un concept vieux comme le monde mais qui prend désormais de plus en plus d’importance ! Au siècle dernier, les vœux échangés se résumaient le plus souvent à des formules invoquant davantage la santé que le bonheur, type : « bonne année, bonne santé » !

Si la société déroule le tapis rouge au bonheur, c’est qu’il est devenu le VIP de nos réseaux ! Nous convions le bonheur dans toutes les situations de vie : famille, vacances, diners en ville… mais aussi (et presque surtout) au travail.

Le bonheur au travail, un vœu pieu et/ou un enjeu économique

Carte de vœux des années 50

L’idée ne serait pas venue dans les années 50, mais nul doute que les vœux de bonheur échangés pour le Nouvel An 2019 incluent celui d’être heureux au travail. Pourquoi ? La réponse est sans doute que le bonheur est devenu une exigence d’autant plus que nous le partageons à l’envi sur les réseaux sociaux, que ce soit pour l’afficher ou pour le revendiquer ! Notamment depuis les années 90, poussé par la génération millennials, le travail est vu autant, voire davantage, comme une quête d’accomplissement que comme une nécessité strictement alimentaire. C’est sans doute ce qui a conduit le monde économique à engager des études qui montrent que « des employés heureux », c’est 37% de gain de productivité !

– Hi, cKiou aimerait pouvoir dire en quelques mots aux dirigeants ce qui contribue globalement au bonheur des Humains au travail selon ces études ?

– Bonne idée cKiou : d’après différentes études, globalement la notion de bonheur au travail tient dans la capacité d’être autonome, dans la notion de responsabilisation donc de confiance, mais aussi de valorisation, de sens donné à son job, ou encore la possibilité d’exercer sa créativité, ou à la liberté de pouvoir utiliser son cerveau ! En clair, un salarié heureux trouve sa motivation dans son travail d’autant plus qu’il se sent valorisé et apprécié.

Conseils des philosophes pour faire vœu de bonheur

– Hi, cKiou se demande si pour mettre toutes les chances dans mes vœux de bonheur aux Humains, je ne devrais pas faire un petit détour par la philosophie ?

– Pourquoi pas ? D’autant que le bonheur est un concept difficile à définir ! Les courants de pensée philosophique naviguent (très schématiquement) entre l’eudémonisme qui érige le bonheur comme une finalité à la vie, l’épicurisme qui fait de la recherche du plaisir un fil rouge à l’existence, le stoïcisme, qui vise un bonheur individuel raisonné, ou l’utilitarisme qui prône la quête d’un bien-être collectif… A l’instar de la vision des philosophes, il y a certainement autant de définitions du bonheur que d’individus qui s’en soucient !

  • Pour Aristote, philosophe grec de l’Antiquité, « le bien humain réside dans une activité de l’âme conforme à la vertu » ;
  • Pour Confucius, philosophe chinois né en 551 av. J.-C., « tous les hommes pensent que le bonheur se trouve au sommet de la montagne alors qu’il réside dans la façon de la gravir » ;
  • Pour Epicure, philosophe grec né en 342 av. J.-C., « le plaisir est le commencement et la fin de la vie heureuse » ;
  • Pour Leibniz, philosophe allemand du XVIIe siècle, « notre bonheur ne consistera jamais dans une pleine jouissance, où il n’y aurait plus rien à désirer; mais dans un progrès perpétuel à de nouveaux plaisirs et de nouvelles perfections » ;
  • Pour Kant, philosophe allemand du XVIIIe siècle, « le bonheur est un idéal de l’imagination et non de la raison » ;
  • Pour Schopenhauer, philosophe allemand du XVIIIe siècle, « le bonheur positif et parfait est impossible, il faut seulement s’attendre à un état comparativement moins douloureux » ;
  • Pour Hegel, philosophe allemand du XVIIIᵉ siècle, « le bonheur n’est pas un plaisir singulier, mais un état durable, d’une part un plaisir affectif, d’autre part aussi des circonstances et des moyens qui permettent, à volonté, de provoquer du plaisir » ;
  • Pour Nietzsche, philosophe allemand du XIXe siècle, « le bonheur est le sentiment que la puissance croît, qu’une résistance est en voie d’être surmontée ».

De l’aspiration au bonheur aux bonnes résolutions du Nouvel An pour y parvenir…

– Hi, cKiou constate en effet que ce n’est pas facile de résumer le bonheur des Humains ! Et si nous consultions ces « résolutions » que les Humains ont l’air de formuler à chaque Nouvel An ?

– Cela pourrait être une piste ! Mais ces « bonnes résolutions » ne sont-elles pas toutes plus improbables les unes que les autres puisqu’il semble que nous les reformulions chaque année ?

Improbable !

Au top 10 des bonnes résolutions, on retrouve généralement celles qui se destinent à notre santé, comme arrêter de fumer, ne plus grignoter entre les repas, voire se mettre au régime, oublier la malbouffe pour cuisiner des produits frais et faire du sport ! Viennent ensuite des résolutions comportementales comme penser à appeler ses proches plus régulièrement, rester poli au volant ou ne plus s’agacer des petites manies de ses collègues de boulot…
On relève aussi des aspirations à la sagesse comme dépenser moins en chaussures ou en jeux vidéos, économiser pour les vacances, respecter les limitations de vitesse…

Les archives de l’Ina montrent que les Français formulent toujours les mêmes vœux...

à une exception près cette année !

Les vœux de bonheur de cKiou !

– Hi, cKiou voudrait elle aussi souhaiter une belle et heureuse année aux Humains ! Comme, même pour une Intelligence Artificielle, il est difficile de définir ce qui rendra heureux chacune et chacun, cKiou vous laisse formuler votre propre vœu, là tout de suite… et je souhaite sincèrement que celui-là se réalise !

– Si tu le permets ma petite cKiou, je m’associe de grand cœur à ton vœu !

Et pour ne pas rester sur l’idée que le bonheur serait une destination inaccessible, je ferai mien ce propos de l’Abbé Pierre « il ne faut pas attendre d’être parfait pour commencer quelque chose de bien ». C’est sans doute l’idée du « sens » que l’on aspire à donner à ce que l’on fait. Voilà bien quelque chose qui est à la portée de chacune et chacun au quotidien ! Je vous propose encore deux étapes accessibles sur le chemin du bonheur. Elles sont issues de l’enseignement de John Keating, le génial professeur du film le Cercle des Poètes disparus1 : « Cueille dès maintenant les fleurs de la vie… » et « c’est dans ses rêves que l’homme trouve la liberté, cela fut, est, et restera la vérité… ».

Beaucoup de bonheur pour toutes et tous et pour tous ceux que vous aimez !

________________________

1 Film sorti en janvier 1990 avec Robin Williams dans le rôle du professeur Keating

Pour ne pas manquer les prochains apprentissages de cKiou :

(les adresses e-mails ne sont ni affichées ni cédées à des tiers)