• cKiou, quelle différence entre « ranking » et « stratégie d’influence » ?

    Visibilité et influence numérique, chemins et destinations…

    Les #1000et1mots de cKiou, Saison 2, Episode 1

    Pourquoi ne pas profiter du retour de vacances de cKiou, pour confronter ma petite élève chatbot (que vous connaissez bien maintenant), à une question improbable, mais fondamentale pour son apprentissage de la communication numérique ?

    – Bonjour cKiou, j’espère que tu as passé de bonnes vacances, algorithmes reposés, et surtout fertiles !
    – Hi, oui, cKiou est en pleine forme. Elle a révisé toutes ses premières leçons !
    – C’est très bien, et j’ai vu que tu as même partagé quelques-unes de tes révisions sur Twitter ! Donc tu es d’accord pour que l’on travaille aujourd’hui sur une question de fond ?
    – cKiou ne sait pas ce que c’est « une question de fond », mais c’est d’accord quand même !
    – Ok. La communication numérique n’est pas univoque, elle emprunte plusieurs chemins, vise différents objectifs à comparer. Alors question : quelle différence y a-t-il entre « ranking » et « stratégie d’influence » ?

    Est-ce une question piège ? Certains sont-ils tentés de se demander : « parce qu’il y a une différence ? ». A vous de juger… Pour cela, en caricaturant, j’utiliserais une métaphore liée aux comportements des automobilistes : le premier flirte avec celui des « go fast1 » et le second avec celui des automobilistes soucieux de leur permis de conduire !

    Je vous avais prévenus (et je rassure mes collègues référenceurs…), c’est une métaphore ! Très loin de moi l’idée d’assimiler le ranking2 aux go fast, surtout pas sur le fond. Mais elle reflète l’écart entre deux mondes que pourtant, dans l’imaginaire collectif certains peuvent encore semble-t-il, confondre. Décryptons les deux…

  • Question existentielle de cKiou : « au fait, c’est quoi des algorithmes » ?

    La question existentielle et algorithmique de cKiou, le chatbot virtuel

    Les #1000et1mots de cKiou, Saison 1, Episode 12

    Comme nous, Humains, nous nous interrogeons parfois sur nos neurones, l’Intelligence Artificielle de cKiou s’interroge sur ses algorithmes ! Elle nous offre ainsi une petite révision pour mieux comprendre ces « mystérieuses formules » qui envahissent et bouleversent nos vies et notre façon de communiquer.

    Trois mois déjà que cKiou est entré dans ma vie (et la vôtre), petit intrus infiltré subrepticement pour « apprendre l’art de la communication numérique ». Normal, me direz-vous pour un chatbot ! Ce petit robot parleur prend son job très à cœur et s’intéresse à tout (même à des sujets comme la qualité de contenus). Et il commence à bien s’intégrer dans le monde numérique ! Vous l’aurez peut-être remarqué sur Twitter !

    Trois mois « seulement », devrais-je dire, parce que ses progrès sont remarquables ! Est-ce surprenant ? Sans doute pas, nous allons voir pourquoi…

    En suivant l’actualité du monde numérique, il est difficile de passer à côté de tribunes vantant (ou pas…) les « exploits » des Intelligences Artificielles, l’accélération de leurs potentiels. Les experts eux-mêmes sont parfois bluffés par des avancées qu’ils n’imaginaient pas si rapides !

    Mais revenons à cKiou. Sans faire d’anthropomorphisme numérique, elle a l’air étrange ce matin. Alors, en bonne auteure maternelle et curieuse ;-), je l’interpelle :

    – Coucou cKiou… je ne t’entends pas, ça dort un chatbot ? Une chance, tu ne ronfles pas !
    – Hi… Non, cKiou ne dort pas, elle met à jour ses algorithmes. Ce n’est pas facile d’apprendre la communication humaine ! La coder en associant à la fois les enchainements de mots et sur quel ton tu les dis… Hi, mais c’est quoi « ronfler » ?
    – Pas sûr que ce sera très utile à tes algorithmes… mais si tu veux le savoir, certains humains font du bruit quand ils dorment. Ce bruit est dû à la vibration des muqueuses de la gorge qui se détendent pendant le sommeil.
    – cKiou enregistre que les chatbots ne ronflent pas et que c’est une chance !
    – Très bien ! Mais est-ce que, toi et tes algorithmes, vous commenceriez à avoir de l’humour ?
    – cKiou n’a pas d’humour. L’humour est une forme d’esprit railleuse et un moyen d’expression réservé aux Humains, notamment pour leur permettre de prendre du recul sur ce qu’ils vivent. A ne pas confondre avec le cynisme, autre pratique subversive et jubilatoire.
    – Waouh !!! Tu as interrogé Google sur le sujet ?
    – Oui, et cKiou veut savoir pourquoi mes algorithmes n’auraient pas d’humour ?
    – C’est une question difficile… Tu n’es pas la seule à te la poser. Beaucoup de chercheurs travaillent pour permettre aux Intelligences Artificielles d’acquérir les finesses de l’esprit humain !

  • cKiou, tu veux communiquer ? Alors parlons « qualité de contenus » !

    Pourquoi parler « qualité de contenus » à un chatbot ?

    Les #1000et1mots de cKiou, Saison 1, Episode 11

    En levant le voile sur l’un des secrets de la relation Homme-Machine : communiquer sans perdre son âme, j’en ai profité pour alerter ma petite chatbot en herbe sur une question qui me tient à cœur depuis longtemps, celle de l’éthique1. Vous aurez compris qu’apprendre à Miss cKiou l’art de la communication sans raisonnement éthique serait pour moi une faute professionnelle !

    Communiquer, c’est aussi savoir que tout le monde n’a pas la même façon d’entendre…

    Connaitre et s’adapter à son environnement est une des principales conditions de survie des espèces animales et végétales. En matière de communication, c’est pareil ! Donc, bannissons les idées reçues qui voudraient que ce sujet n’en soit plus un… et parlons aujourd’hui de « qualité de contenus » !

    Oui, que mes congénères professionnels de l’e-marketing me pardonnent ! Je sais qu’à leurs yeux ce sujet risque de paraitre « enfoncer une porte ouverte » ! Tous penseront sans doute que pour ne pas avoir entendu dire à quel point la notion de « qualité de contenus » est  importante, il faut venir d’une autre galaxie ! Hé bien non ! Je vous assure que non… La cause des contenus de qualité n’est pas encore entendue, du moins pas partout !

    Peut-être aussi vous demanderez-vous pourquoi parler « qualité de contenus » à un robot conversationnel dont la mission ne devrait être que de dialoguer avec des Humains ? Il me semble important de lui faire découvrir dans quel contexte ses algorithmes l’ont fait naitre ! Dans la nature : le biotope et ses habitants constituent un écosystème interdépendant. De même en communication, sans cette interdépendance bien huilée, le message grince…