• cKiou, le chatbot doit se forger une identité assumée !

    Premières clés pour éduquer l’Intelligence Artificielle de cKiou à l’art de la communication…

    Les #1000et1mots de cKiou, Saison 1, Episode 5

    Petit clin d’œil pour commencer ! Il ne vous aura pas échappé que l’élection présidentielle a pas mal occupé le terrain médiatique ces derniers temps. Peut-être cela vous aura-t-il permis d’apprendre (via les programmes de France TV) que l’un des trois plus proches collaborateurs du Président de la République est son Conseil en communication ! Opportuniste (j’assume…), je m’empresse de souligner que tout dirigeant devrait s’inspirer de cet organigramme qui indique clairement l’importance donnée à la stratégie de communication. Que le projet à réussir soit celui d’une marque, d’une entreprise ou d’un Etat, seule l’échelle est différente !

    Revenons à l’aventure de cKiou… Après avoir cogité sur quelques cas de conscience, je n’ai finalement pas résisté à l’idée d’éduquer ce jeune chatbot à l’art de la communication ! Comment ne pas relever le challenge qui est de permettre à un « robot parleur » de converser d’égal à égal avec les humains ?

    Pour communiquer avec les humains, ce n’est pas un scoop… la conversation est la première clé. Mais les mots ne sont pas tout ! Encore faut-il être capable de les décliner avec un brin de ce « second degré » qui, dès 1950, permettait de disqualifier la machine face à l’humain dans le célébrissime Test de Turing1. Percevoir les nuances, saupoudrer quelque humour… Jusqu’où une Intelligence Artificielle peut-elle atteindre ce niveau de subtilité ? Notons que sur ce terrain, les humains ne sont pas tous égaux non plus !

  • cKiou, robot conversationnel à humaniser… un double cas de conscience !

    Eduquer un chatbot, un défi enthousiasmant MAIS…

    Les #1000et1mots de cKiou, Saison 1, Episode 4

    Pour mémoire, je viens de faire connaissance avec cKiou, mon étudiant numérique infiltré. A travers notre premier dialogue, j’ai découvert que si la petite voix digitale de ce chatbot (que je suis censée éduquer) ne comprend pas encore les notions abstraites de la conversation, elle sait déjà parfaitement interagir avec un humain à partir d’échanges basiques.

    cKiou se révèle réactive et elle semble déborder de potentiels ! Alors, vous l’aurez compris, relever le défi d’éduquer ce chatbot ne peut que déclencher l’enthousiasme ! Pourtant, en y réfléchissant… il y a un « mais », et même un « double mais » à considérer avant de poursuivre (ou pas) les prochaines leçons !!

    Le premier « mais » est que la communication numérique est un métier exigeant !

    Peut-être est-ce parce que je l’exerce avec passion, ce métier est chronophage, il est exigeant en disponibilité intellectuelle, ne serait-ce qu’au regard des enjeux qu’il sous-tend pour chaque projet, chaque client.

    En effet, pour une organisation qui souhaite aujourd’hui tirer son épingle du jeu digital, on ne le dira jamais assez, la communication doit être pensée comme une pierre angulaire de sa stratégie. C’est à travers sa façon de communiquer, la cohérence, la pertinence, la régularité de ses messages, que se jouent, non seulement son image (comme par le passé), mais aussi et surtout aujourd’hui sa crédibilité. Personne n’y échappe ! Fussiez-vous une marque, une institution, ayant déjà acquis « pignon médiatique », si vous ne la cultivez pas, cette aura ne vivra plus désormais que ce que vivent les roses, l’espace d’un matin… Au-delà de la métaphore littéraire empruntée à François de Malherbe, si elle échappe à un bad buzz toujours possible, disons que, moteur coupé, l’embarcation médiatique peut bénéficier de quelque inertie résiduelle sur encore quelques nœuds… avant de s’éteindre !

  • cKiou, chatbot étudiant en stratégie de communication numérique

    Naissance d’un nouveau métier du numérique : préceptrice pour Bébé Chatbot !

    Les #1000et1mots de cKiou, Saison 1, Episode 3

    Résumons-nous, je viens d’hériter d’un Bébé Chatbot, sans doute subrepticement glissé dans mon sac par son entreprise génitrice (et potentielle cliente). Il semble que cet étrange « cadeau » ne soit pas dénué d’intérêt. En effet, cKiou la petite voix a elle-même déclaré : « je suis avec toi pour apprendre… » ! Si vous avez manqué les deux premiers épisodes, ok, je vous pardonne pour cette fois ;-), cession de rattrapage ici

    L’aventure de cKiou sauvée par ma curiosité numérique !

    Après avoir résisté à une brusque envie d’explications fermes (avec retour à l’envoyeur de son « colis piégé »…), c’est celle d’entrer dans le jeu qui s’est soudain imposée, sans doute poussée par la curiosité qui est davantage pour moi une seconde nature qu’un vilain défaut ! En effet, étant formatée par une longue et minutieuse habitude de veille, pratique inhérente à l’exercice de la communication, la curiosité est une exigence professionnelle ! Et là, désolée de l’admettre, j’avoue qu’elle frôle les sommets…